samedi 30 juin 2012

Lettre ouverte à François Hollande

Le gouvernement pouvait décider d'une augmentation conséquente du SMIC, il a préféré l'aumone...voir le mépris et la provocation.
Il faut que les salariés expriment leur colère !

Lire la lettre



Lettre ouverte à François Hollande
Publiez sur Calaméo ou explorez la bibliothèque.

mardi 12 juin 2012

Engageons le débat sur la nécessité d'avoir une complémentaire au régime obligatoire

Aujourd'hui 29% de la population renonce à des soins pour des raisons financières. Environ 4 millions de personnes n'ont pas de mutuelle.
La Sécurité sociale ayant fait la preuve de son efficacité.
N'est-il pas temps d'engager un débat avec comme objectif une protection sociale solidaire et efficace pour tous.

Lire :
http://www.calameo.com/read/00050433917e5bc385478

dimanche 3 juin 2012

Jazz à Névache

video
En 2011 à Névache un concert de jazz par une formation de jeune,  venue des Etats Unis.

Le patronat change de cigle mais pas de discours

Michel Cialdella


Fontaine, le 2 juin 2012


Lettre ouverte à

Mme Laurence Parisot présidente du Medef.
http://www.laurence-parisot.com/index.php/contact.html

Décidément votre organisation a du mal à se renouveler. Envisage-t-on de donner un coup de pouce au SMIC que vous voilà aux cent coups. Le discours est toujours le même : "On voudrait planter les entreprises françaises, on ne s'y prendrait pas autrement !" "Je suis frappé par la ringardise (ringard toi-même)et l'inadéquation des solutions envisagées par rapport à la situation dans laquelle notre pays se trouve" (Bernard Fontanel). Est-il frappé par les rémunérations des grands patrons atteignant plusieurs centaines de fois le SMIC et qui s'accordent des augmentations démesurées même s'ils plantent leur boite ? A-t-il essayé, ce monsieur, de vivre avec le SMIC actuel ? Sûrement pas et il s'en tape comme on dit dans le langage populaire.
Selon vous l'augmentation du SMIC empêcherait les embauches.
Pourquoi ça embauche maintenant ? Les 31 milliards d'euros d'allègement de cotisations salariales ne vous suffisent pas ? Faut-il réintroduire l'esclavage en France ? Méfiez-vous personne ne pourra acheter vos productions !
Je suis d'accord sur un point : "il faut baisser les charges sociales"… Pendant que j'y pense les "charges sociales" ce sont les patrons, notamment ceux qui délocalisent, ne reconnaissent pas les maladies professionnelles, vous qui êtes de tout temps contre le progrès social qui s'est construit contre vous et vos semblables. Ce sont ces banquiers qui se gavent de fonds publics après avoir joué et perdu.
Souvenez-vous qu'en 1968 le SMIC a augmenté de 35% et que l'économie ne s'est pas écroulée pour autant, au contraire le chômage a reculé.
Arrêtez de prendre les salariés pour des demeurés, il connaissent le fonctionnement de l'économie capitaliste aussi bien que vous et même mieux. Aussi vos sornettes ne les amusent même pas.
Elles n'amusent pas non plus vos anciens compagnons
Dans un livre (1) , M. Eric Verhaeghe , ex-président de l'APEC, qui a claqué la porte du Medef , fustige la baisse du coût du travail qui est devenu une obsession.… Les allégements de charges sociales ont reporté sur le contribuable un poids annuel de 30 milliards d'euros portés jusque-là par les employeurs. Ce transfert explique une très large partie de la dette publique contractée depuis 15 ans.
Il dénonce le système des parachutes dorés, qui permet à un patron de partir avec plusieurs millions d'euros d'indemnité lorsqu'il est révoqué par son conseil d'administration. Ce système consiste à récompenser grassement un dirigeant qui a échoué. Il dénonce également la dictature des actionnaires.

Au fait, nous en sommes où de la caisse noire de l'UIMM ?

Michel Cialdella


1. "Jusqu'ici tout va bien". Eric Verhaeghe. éditions Jacob-Duvernet.2011.

Marre du Jubilé

Monsieur le Médiateur de France 2 et France 3

http://relations.france3.fr/contact/form1_medprog.php?chaine=france3
http://relations.france2.fr/contact/form1_medinfo.php

Monsieur

Pendant une semaine, sur la télévision du service public nous avons "droit" à des évocations élogieuses sur la reine d'Angleterre. Cela au pays de la Grande Révolution.
"La monarchie n'est point un roi, elle est le crime" disait Saint-Just (1) qui qualifiait le roi de tyran et d'usurpateur…et Robespierre (2) de plus grand de tous les criminels.
Dans notre héritage de la Révolution le Souverain, c'est le Peuple et nous n'avons que faire des louanges tressées par des journalistes français à la monarchie britannique.
S'il plaît aux Anglais d'entretenir une royauté budgétivore c'est leur affaire, la France est une République, certes défigurée sous la Ve et surtout par le président sorti, mais les Français qui restent attachés aux principes de Liberté, Égalité, Fraternité n'ont rien à faire de la cette reine et de ses chiens des ses carrosses, de ses chapeaux et des rituels moyenâgeux !
La République est une conquête et le service public serait bien inspiré de la promouvoir plutôt que de s'extasier sur une monarchie.

Michel Cialdella


(1) "Saint-Just, Discours et rapports" présentés par Albert Soboul. Editions Messidor - 1988.
(2) Robespierre : entre vertu et terreur. Slavoj Zizek. Editions Stock - 2008.