dimanche 17 septembre 2017

Que s'est-il passé depuis 2015 ?

Retenez-moi ou je fais un malheur !

Dans l'hebdomadaire l'"Humanité Dimanche" Jean-Claude Mailly,  secrétaire général de Force ouvrière, accordait un entretien à l'hebdomadaire l'Humanité Dimanche du 29 au 4 février 2015. Au cours de cet entretien il déclarait :
« l'austérité est triplement suicidaire : socialement, économiquement et démocratiquement. On l'a vu avec l'ANI ou l'allongement de la durée de cotisation des retraites : l'austérité conduit à la remise en cause de droits sociaux. Essai politique libéral que l'on nous présente comme nécessaire réduire les déficits publics ne font qu'aggraver la situation ».
« L'économie n'est pas une science, c'est une politique, et il n'y a pas qu'une politique possible ».
« Comme l'ANI et la loi Macron, la négociation sur le dialogue social était inspirée de la même logique libérale : « laissez-nous licencier, après on embauchera » un syndicat qui aurait signé ça n'aurait plus qu'à adhérer au Medef. Comment peut-on accepter de remettre en cause les CHSCT et le monopole syndical sur la négociation collective ? »
En 2017 c'est pire et il est satisfait ! On ne comprend plus…ou alors que nous cache-t-il ?


Michel Cialdella

















mercredi 6 septembre 2017

"Anxiogène" vous dis-je !


Le journal L'Humanité du 4 septembre 2017 nous apprend que le CAC 40 est en passe de battre tous les records de profits avec 52 milliards au premier semestre, en hausse de 26,5 %, les bénéfices des 40 principales sociétés cotées ne se sont jamais mieux portés.

Pour Sanofi le profit est en hausse de 200 % ! Et cela malgré un code du travail anxiogène, comme dirait Gattaz qui n'a pu s'offrir qu'une demeure et un vignoble à 11 millions d'euros.
Ne changez rien pour eux ! Mais pour nous il faut tout changer !

Le 12 septembre tout dans la rue.

Michel Cialdella

vendredi 1 septembre 2017

Vous avez dit "dialogue social" ?


Pratiqué depuis déjà plusieurs gouvernement il s'apparente plutôt à "cause toujours je n'en ait rien à faire". Les gouvernements Sarkosy,  Hollande / Macron ont souvent "dialogué" à l'aide des matraques…
Selon le RAIDH - (Réseau d’Alerte et d’Intervention pour les Droits de l’Homme), la Cour européenne des droits de l’Homme a condamné la France pour torture et traitements inhumains commis par des policiers à plusieurs reprises.
… le respect par la France de son obligation de protéger ses citoyens contre les violences policières n’est toujours pas devenu une réalité. Notre pays est donc tristement responsable de torture et de traitements inhumains commis par ses représentants...
La Convention européenne des droits de l’Homme souligne, en effet, à son article 3 que : « Nul ne peut être soumis à la torture ni à des traitements inhumains ou dégradants ».
Le phénomène des violences policières en France est donc largement connue de la Cour européenne des droits de l’Homme. La France, « patrie des droits de l’Homme », fait figure de mauvaise élève en la matière. A ce petit jeu, dépassera-t-elle un jour la Turquie ? (1)
Selon Libération du 30 juin 2016.
Fin avril, une Mission civile d’information a été décidée par un ensemble de journalistes, citoyens et députés afin d’évaluer les violences policières lors des manifestations contre la loi travail. Leur rapport, long de 80 pages, et publié mercredi sur le site de Reporterre, énumère de nombreux témoignages et entretiens réalisés à Rennes, Paris, Toulouse et Nantes.(2)
****

Violences policières : l’ONU met la France à l’amende

Un rapport du Comité contre la torture des Nations unies fustige l’usage « excessif » de la force employée par les représentants de l’ordre ces derniers mois. (3)






Sources :
2) Libération du 30 juin 2016
3) Le Point.fr le 15/05/2016

****
Quel est l'intérêt pour les travailleurs de "dialoguer" avec les ennemis de classe même baptisés partenaires sociaux ? L'Histoire nous montre qu'aucune avancée sociale n'émane d'un quelconque "dialogue" mais toutes les conquêtes sociales sont le résultat de luttes et de rapport de force qui débouchent sur une négociation.
On a souvent entendu les représentants patronaux clamer ne pas vouloir "négocier à chaud"…cette bonne blague ! Parce que là nous gagnons.
A bon entendeur, salut.
Michel



mercredi 30 août 2017

L'enfer du miracle allemand..



Les thuriféraires du modèle allemand feraient bien de lire l'article d'Olivier Cyran dans
Le Monde diplomatique de septembre 2017.
Sous le titre L'enfer du miracle allemand..
La population allemande… n'a jamais compté aussi peu de demandeurs d'emploi. Ni autant de précaires. Le démantèlement de la protection sociale au milieu des années 2000 a converti les chômeurs en travailleurs pauvres. Ces réformes inspirent la refonte du Code du travail que le gouvernement français cherche à imposer par ordonnance.
Tout va pour le mieux en Allemagne : retraite inférieure à 500 € par mois, jobs à un euro de l'heure… 4 millions d'actifs survivent aujourd'hui encore avec un mini job plafonné à 450 € par mois.
Monsieur Hartz ministre qui a donné son nom à ses lois rétrogrades jouit d'une réputation flatteuse en France. Mais en Allemagne on n'a pas oublié sa condamnation en 2007, à deux ans de prison avec sursis et à 500 000 € d'amende pour avoir acheté la paix sociale chez Volkswagen en arrosant des membres du comité d'entreprise de pots-de-vin, de voyages sous les tropiques et de prestations de prostituées. De sorte que plus personne ne veut entendre parler de lui. Pour trouver un auditoire toujours disposé à l'applaudir, l'ex-directeur des ressources humaines se réfugie en France.
Le Mouvement des entreprises de France (Medef ) l'invite régulièrement, et Monsieur François Hollande, qui l' a reçu lorsqu'il était président, aurait songé à l'inclure parmi ses conseillers.
C'est désormais à Monsieur Macon qu'il réserve ses oracles, par presse interposée *
Victor Hugo avait bien raison "C'est de l'enfer des pauvres qu'est fait le paradis des riches".


*Peter Hartz : « lettre à Emmanuel Macon », Le Point, Paris 21 juin 2017

mardi 29 août 2017

Sondage



Selon une enquête Odoxa pour RTL (l'Humanité du 29 août 2017) 63% des sondés la réforme par ordonnance du droit du travail est une mauvaise idée. Cependant pour 56% le Code du travail tel qu'il est reste un frein à l'embauche.
Il faut dire à ces 56% que le frein à l'embauche c'est le capitalisme qui n'assume plus sa fonction d'employeur…..( auto entrepreneur, Ubérisation…travail dissimulé…etc)


Travail dissimulé, c’est un nouveau record : en 2011, les Urssaf, les organismes chargés de collecter les cotisations sociales, ont enregistré 220 millions d’euros de redressement pour des fraudes concernant le travail illégal. 7,3% des entreprises pratiquent la fraude au travail illégal.

lundi 28 août 2017

Il y en a marre des "emplois aidés" !




Cette expression qui n'a aucun sens, est pour le moins choquante. Qui dit emploi sous-entend travail. Et nous sommes quelques-uns à savoir que c'est le travail humain n'est pas un coût. Il est créateur de valeur économique et c'est même le seul moyen. Par contre, celui qui a décidé de les supprimer ne créé pas de valeur économique et pour le coup c'est un emploi aidé. Va-t-il supprimer son emploi qui nous coûte si cher ? Pas sûr !

Alors ne revendiquons pas des "emplois aidés" mais des emplois publics pérennes.

dimanche 27 août 2017

À propos de l'impôt : ne racontons pas n'importe quoi.



Selon le journal "Les Echos.fr" du 18 juillet 2017 : 42,8% des ménages paient l'impôt sur le revenu. Si l'on en reste là, on n'est soit mal informé soit malhonnête. En effet  l'impôt sur le revenu en France il est étalé sur 5 tranches.
C'est-à-dire que personne ne paie d'impôt jusqu'à la première tranche.
Exemple pour l'année 2015 pour un couple (2 parts) 26 277 nets imposables. Cela c'est pour tout le monde. Les plus aisés ne paieront l'impôt sur le revenus qu'au-dessus de cette somme.
Les plus modestes sont exonérés de l'impôt sur le revenu et seulement de l'impôt sur le revenu. Or l'impôt le plus important et le plus injuste c'est la TVA qui proportionnellement aux revenus coûte plus cher aux ménages les plus modestes.
En 2015 l'impôt sur le revenu c'est 77 milliards €, la TVA c'est 193 milliards € (deux fois et demie plus), et l'impôt sur les sociétés 58 milliards € (3,3 fois moins).
Ajoutons à cela que des grandes entreprises comme Total de ne paient pas d'impôts sur les sociétés en France ! Que l'évasion fiscale (les plus riches) fait perdre 80 milliards d'euros à l'État !
Ceci étant précisé, le calcul de l'impôt sur le revenu est injuste car il favorise les plus riches qui disposent de "niches fiscales" leur permettant de diminuer leur contribution au budget de l'État (Hôpitaux, école, stades, services publics, etc…).
Pour une meilleure justice fiscale, il faut augmenter le nombre de tranches (en France nous en avons eu jusqu'à 14) afin de faire payer plus ceux qui gagnent beaucoup plus et de répartir plus équitablement l'impôt sur le revenu. Aux États Unis à l'époque du président Roosevelt la dernière tranche était imposée à 90% , personne n'en est mort et le pays a connu un essor sans précédent !
Il y a encore mieux c'est la socialisation du PIB, mais cela fera l'objet d'un autre texte.
En ce qui concerne les députés, ils ont voté la suppression de leur indemnité représentative de frais de mandat (IRFM) avec en remplacement un nouveau système de remboursement sur justificatifs. Ce changement amène une suppression de la cotisation sociale généralisée (CSG) pour les parlementaires dans un contexte où elle devrait augmenter d'1,7 point pour l'ensemble des Français en 2018. Un député y voit là une "exonération d'impôt inexplicable" (c'est aussi mon avis)
Dans l'ancien système, l'IRFM*, les députés touchaient une indemnité de 5.840 € bruts par mois de laquelle étaient déduits 438€ de CSG et 29,20€ de CRDS*. Soit 467,20€ mensuels d'impôt sur les frais de mandat.
En matière de fiscalité c'est comme pour tout,  il faut savoir de quoi on parle.

Michel Cialdella
le 27 août 2017